A PROPOS

Pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom…
Ça commence toujours comme ça. Le son de la guitare et celui de la contrebasse. La pompe peut aussi bien annoncer une nouveauté qu’un vieux succès, une chanson de salle de garde qu’un poème oublié. Parfois, quelques spectateurs applaudissent, croyant reconnaître la chanson qui vient. Brassens les regarde, mi complice, mi moqueur, amusé, farceur…Brassens invente son propre music-hall, intime, minimaliste, singulier. Et terriblement efficace. Quand Montand fait des claquettes, change de costume, joue avec un chapeau, mime, cabriole, sautille, caracole, Brassens se contente de lever un sourcil, de pencher la tête, d’esquisser un sourire.
Brassens a 100 ans. En lui faisant la fête on évitera d’être officiel ou cérémonieux, solennel ou protocolaire. On tentera, par la joie partagée, de lui exprimer notre reconnaissance, notre admiration, notre éternelle affection, mais sans trop s’épancher, sans trop se répandre. On craindrait de le rendre mal à l’aise, de passer pour des cons. On veut bien se faire traiter de cons mais des braves cons, comme moi, comme toi, comme nous, comme vous.

Brassens a 100 ans.
Bon anniversaire monsieur.

Pom, pom, pom, pom, pom, pom, pom, pom, pom…
François Morel

DISTRIBUTION

DISTRIBUTION
François Morel
Judith Chemla
Juliette
Thibaud Defever
Antoine Sahler
Amos Mah
Lucrèce Sassella
PRODUCTION
Les Productions de l’Explorateur –
Scène Nationale de Sète – Ville de Sète

GALERIE

Centenaire Georges Brassens Ep. 11 avec François Morel

EN TOURNÉES

Photographie © Manuelle Toussaint

A PROPOS

«Raymond Devos, mesdames et messieurs, est un miracle qui est apparu, singulier, sur la scène du music-hall français. Il ne ressemblait à personne. Personne, plus jamais, ne lui ressemblera. C’est comme ça. Il faut se faire une raison. Même si on n’est pas obligé… de se faire une raison. Il est plus opportun en évoquant Devos de se faire une folie. Un grain de folie capable d’enrayer la mécanique bien huilée de la logique, de la réalité, du quotidien. Ceux qui l’ont vu s’en souviennent : Raymond Devos fut un phénomène rare. Comme les arcs-en-ciel de feu circulaire, comme les colonnes de lumière, comme les vents d’incendie, comme les nuages lenticulaires, il a surgi, miraculeux et mystérieux, derrière un rideau rouge qui s’ouvrait sur l’imaginaire. On n’avait jamais vu ça! Et, devant cet homme en apesanteur, on avait le souffle coupé.»

François Morel

DISTRIBUTION

Spectacle de et avec François Morel

Textes Raymond Devos

Avec Antoine Sahler ou Romain Lemire

Musique : Antoine Sahler
Assistant à la mise en scène : Romain Lemire
Lumières : Alain Paradis
Son : Camille Urvoy
Costumes : Elisa Ingrassia
Poursuite : Françoise Chapero ou Madeleine Loiseau
Conception, fabrication et mise en jeu des marionnettes :
Johanna Ehlert et Matthieu Siefridt/ Blick Théâtre
Direction technique : Denis Melchers
Archives sonores : INA (Radioscopie 1975)

Remerciements : Didier Gustin, Tullia Morand et la Fondation Raymond Devos

Affiche : Pascal Rabaté (visuel) et Frédéric Méi (graphisme)

Création : 22 mai 2018
Durée : 1h30

Production

Commande de Jeanine Roze Production pour les Concerts du Dimanche Matin.
Les Productions de l’Explorateur, Châteauvallon, Scène nationale, La Coursive, Scène Nationale de la Rochelle, La Manekine, scène intermédiaire des Hauts-de-France.

Production déléguée : Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

GALERIE

Teaser :

Quartz & Curious François Morel :

Merci Monsieur Devos ! Par François Morel :

Raymond Devos en tête à tête avec François Morel :

EN TOURNÉES

Photographie © Frédéric Mei

A PROPOS

Yves-Marie Le Guilvinec…
Ce nom résonne aujourd’hui à nos oreilles comme un reproche. Qui connaît encore ce nom ? Quelle place accorde-t-on à Yves-Marie Le Guilvinec dans les anthologies de poésie ou de chansons françaises ? Aucune. Yves-Marie Le Guilvinec, disparu en mer à trente ans est un fantôme pour la littérature et la chanson : il n’existe pas. Mais, comme dit Rimbaud : ” il n’y a pas de hasards ou il n’y a que des hasards”. C’est dans un vide-grenier à Saint-Lunaire (Ille et Vilaine) que François Morel, feuilletant de vieilles revues rongées par les embruns, découvrit une brochure de 1894 ” La Cancalaise ” dans laquelle douze chansons d’Yves-Marie Le Guilvinec étaient reproduites, illustrées par l’auteur.
Ce fût comme la main du naufragé qui se tend vers son sauveteur. François Morel acheta la revue et fit le serment d’arracher Yves-Marie Le Guilvinec à l’oubli océanique où il était tombé. Avec l’aide de Gérard Mordillat et d’Antoine Sahler, il entreprit de restaurer les textes, de les remettre en musique et surtout de les faire entendre à nouveau. Désormais Yves-Marie Le Guilvinec, ce serait François Morel. Il retrouverait un corps, une voix, une vie…

Gérard Mordillat

DISTRIBUTION

Biographie Gérard Mordillat
Chansons Yves-Marie Le Guilvinec – adaptées et réarrangées par François Morel, Gérard Mordillat et Antoine Sahler
Musique Antoine Sahler

avec

François Morel 
Gérard Mordillat
Antoine Sahler : guitare nylon, clavier, chœur
Amos Mah : violoncelle, guitare folk, basse électrique, chœur

Et un joueur de bombarde breton
avec une chorale locale et un sonneur

Production : Les Productions de l’Explorateur
Production déléguée : Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

Durée 1h15

GALERIE

Teaser :

Making-Of :

FRANÇOIS MOREL CHANTE YVES MARIE LE GUILVINEC – TOUS LES MARINS SONT DES CHANTEURS – CHAPITRE 4 :

EN TOURNÉES



A PROPOS

« Je prononcerai ce discours à une seule condition, Ludo, une seule : que tu arrêtes de faire grincer ta fourchette dans ton assiette. Je pourrais tuer pour ça. Il y a des codes Ludo, sinon c’est le bordel. Sept milliards de névrosés essayant de vivre ensemble, se faisant croire que c’est possible, qu’on ne tue pas pour un grincement de fourchette dans l’assiette, qu’on ne quitte pas son amoureux parce qu’il fait du bruit en buvant son café. »

Lors d’un diner en famille, Adrien, qui vient de se faire quitter, apprend qu’il doit prendre la parole au mariage de sa sœur. Entre le gratin dauphinois et les tentatives mentales de discours toutes plus absurdes les unes que les autres, il n’espère qu’une chose : que sa bien-aimée Sonia réponde à son texto, envoyé à 17h24 et lu à 17h56 : « Comment tu vas ? ».

DISTRIBUTION

Roman de Fabrice Caro édité chez Gallimard

Adaptation et Mise en scène : Emmanuel Noblet
Adaptation et Jeu : Benjamin Guillard

Lumières : Emmanuel Noblet

Décor : Edouard Laug

Son : Sébastien Trouvé

Vidéo : Camille Urvoy

Direction technique : Johan Allanic

Régie : Marc Leroy

Remerciements : Ghislaine Gouby,
Lucrèce Sassella, Caroline Verdu

Photos du spectacle : Gilles Vidal

Durée : 1h10

Création le 2 octobre 2020 à Vannes

Production : Les Productions de l’Explorateur
Scènes du Golfe – Théâtres de Vannes – Arradon
Et La Coopérative de Résidence pour les Ecritures et les Auteurs,
Mont-Saint-Michel, Normandie
Avec le soutien du Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont
Et de Quai des Arts de Pornichet

Production déléguée : Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

GALERIE

EN TOURNÉES


  • Vannes (Arradon),
    vendredi 2 octobre 2020 à 19h et 21h
  • Gradignan,
    vendredi 9 octobre 2020
  • Chaumont,
    mardi 17 novembre 2020
  • Le Pouget,
    vendredi 29 janvier 2021
  • Bédarieux,
    samedi 30 janvier 2021
  • Avranches,
    jeudi 11 mars 2021
  • Avignon,
    Théâtre Les 3 soleils
    du 7 au 31 juillet 2021

A PROPOS

Note de Patrick Mille

Je suis de la génération Mitterrand. François Mitterrand a été pour moi, et il l’est toujours, le dernier grand président de la république Française. Quand ma mère est morte, l’été dernier, je suis tombé sur des lettres que mon père lui avait écrites. Je les ai lues. Enfin, pas toutes. Car, à un moment, ce fut trop intime. Mais je me suis tout de même dit que ce serait magnifique d’en faire quelque chose.

Et me sont revenues en mémoire les Lettres à Anne, qui sont dans ma bibliothèque, que j’avais aussitôt lues à l’époque et que j’ai relues. Elles sont apparues comme une révélation de spectacle – et je dis bien de spectacle, pas lecture. Je voudrais rester au plus près du texte : poétique, beau , fort. Mais, en même temps, je voudrais que les mots soient incarnés. Coeur chaud, bouche froide…

Ces « lettres à Anne », où l’on voit le parcours d’un homme amoureux en train de graver son nom dans l’histoire. Ce parallèle entre l’intime et l’extime, entre la grande littérature amoureuse et l’inscription dans l’histoire, me semble unique. J’ai donc eu cette révélation: mettre en spectacle des morceaux choisis de ces lettres à Anne qui couvrent toute une vie en même temps que tout un pan de l’histoire de France.

Patrick Mille

DISTRIBUTION

Correspondance de François Mitterrand à Anne Pingeot,
édité chez Gallimard

Adaptation : Patrick Mille et Benjamin Guillard

Mise en scène : Benjamin Guillard

Avec : Patrick Mille

Décor : Edouard Laug
Lumières : Emmanuelle Phelippeau-Viallard
Vidéo : Olivier Bémer
Son : Sébastien Trouvé
Costumes :

Durée : environ 1h20

Résidence de création au Théâtre de Nîmes en juin 21
Création au Rond-Point le 3 novembre 21 

Production :
Les Productions de l’Explorateur
Théâtre de Nîmes, Scène Conventionnée
d’intérêt national – art et création – Danse Contemporaine

La Coopérative de Résidences pour les Ecritures et les Auteurs,
Mont-Saint-Michel, Normandie

Production déléguée :
Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

GALERIE

A PROPOS

« Je dois jouer le jeu, je dois tout dire. »
Blanche a vingt-six ans, elle vit seule à Caen. Une société de production, pour une chaîne de télévision, lui envoie une caméra. On lui demande de témoigner. Elle se prépare, va raconter son histoire, seule, chez elle, face à la caméra. Elle a trois jours pour déballer son intimité : un viol subi trois ans plus tôt. Si elle est convaincante et pertinente, elle sera sélectionnée et pourra participer au direct. Elle croit que son témoignage va l’aider à s’en sortir, à lui faire oublier son drame. Productrice de théâtre, auteure, Valérie Lévy compose un thriller poignant, portrait d’une femme violée d’abord, puis abusée par l’exploitation de sa propre parole via l’obscénité des réseaux, de la télé et des médias.

DISTRIBUTION

Texte et collaboration artistique :
Valérie Lévy
Mise en scène : Nadia Jandeau
Avec : Alice De Lencquesaing
Scénographie : Edouard Laug
Lumières : Laurent Béal
Son : Mehdi Ahoudig


Production Les Productions de l’Explorateur, Coproduction ASK US, La Manekine – Scène Intermédiaire des Hauts-de-France, La Coopérative de Résidences pour les Écritures et les Auteurs – Mont-Saint-Michel – Normandie

GALERIE

EN TOURNÉES

A PROPOS

Ils ont déjà fait résonner les vers de Pierre Reverdy d’une façon tout à fait inédite et surprenante. Patrick Mille et Florent Marchet ont décidé de donner à entendre d’autres poètes, plus ou moins connus, certains embaumés malgré eux dans un morne Panthéon, d’autres tombés dans l’oubli ou méconnus, mal connus. Relire les poètes, c’est tout aussi bien les redécouvrir que les découvrir, c’est les entendre autrement, sous une lumière qu’on n’aurait pas imaginée. Voilà le pari qu’ont fait Patrick Mille et Florent Marchet. Régulièrement, ils donnent des nouvelles de cette poésie qu’on dit « patrimoniale » mais qui mérite tout simplement de vivre, d’être vivante. Aujourd’hui : Louis Aragon.

Arnaud Cathrine

DISTRIBUTION

Un concert de FLORENT MARCHET & PATRICK MILLE

Textes Louis Aragon

Musique Florent Marchet

Son : Guillaume Duguet

Lumières : Emmanuelle Phelippeau-Viallard

Spectacle créé à la Maison de la Poésie ( Paris)

Production : Le Mur du Songe
et Les Productions de l’Explorateur

 

GALERIE

Teaser :

EN TOURNÉES

  • Paris,
    Les dimanches et lundis à 20h00
    Du 6 octobre au 4 novembre 2019
    Théâtre de la Gaîté-Montparnasse

Photographie © Guillaume Ledun

A PROPOS

Dans leur boutique, Paulbert et Gérald pensent que de nos jours, tout a déjà été dit, toutes les discussions ont déjà été tenues. Paulbert écrit donc des conversations originales. Et ils les vendent. Arrive Barbara, qui cherche une bouteille de vin.

Une pièce à l’esprit farfelu et poétique, absolument nécessaire pour qui voudrait continuer à ne pas comprendre le monde. 

DISTRIBUTION

Texte et mise en scène Pierre Bénézit

Avec Anne GirouardOlivier BrocheVincent Debost

Scénographie Pascal Crosnier
Création lumière Julien Crépin
Diffusion Valérie Lévy
Service de presse Zef – Isabelle Muraour et Emily Jokiel

Production Théâtre de Belleville et Cie JimOe

GALERIE

Photos du spectacle par Guillaume Ledun

Bande-annonce, Théâtre de Belleville

Teaser, Théâtre des Béliers, Avignon Off 2018

 

EN TOURNÉES

Photographie © Christophe Manquillet

A PROPOS

Raconter des histoires, encore et toujours.
Qu’est ce que je peux faire d’autre? (Je ne sais pas quoi faire d’autre…)
Ce serait le spectacle qui viendrait juste après la fin du monde.
Raconter des histoires, mais cette fois-ci en chansons.
Plaisir de la musique et surtout des musiciens.
Antoine Sahler, harmonisateur en chef, accompagné de Sophie Alour ou Tullia Morand, Muriel Gastebois et Amos Mah.
On ne change pas une équipe qui gagne (à être connue).
Traquer l’émotion toujours et sans répit.
La voix d’Amalia, une valse sentimentale, une vieille dame sur un banc philosophe le temps de reprendre sa respiration…
Chanter, rire, pleurer, se consoler.
Juliette dirigerait les opérations avec le sérieux d’une Générale d’Artillerie dans un bac à sable.
On ne change pas une équipe qui gagne (du temps) à se connaître.

François Morel
Avril 2015

DISTRIBUTION

NOUVEAU CONCERT DE FRANÇOIS MOREL ET D’ANTOINE SAHLER
MIS EN SCENE PAR JULIETTE

Création le 13 janvier 2016 à La Coursive,
Scène Nationale de La Rochelle

Avec :
François Morel
Muriel Gastebois : batterie, vibraphone, percussions
Amos Mah : contrebasse, violoncelle, guitares
Antoine Sahler : piano, claviers, trompette
Tullia Morand ou Sophie Alour ou Lisa Cat-Berro: saxophones, trombone, flûte, clavier
Lumières : Gaëlle de Malglaive assistée d’Alain Paradis
Costumes : Elisa Ingrassia
Son : Yannick Cayuela
Direction technique : Denis Melchers
Production déléguée : Valérie Lévy

Durée : environ 2h
Age : à partir de 12 ans

Production : Les Productions de l’Explorateur
La Coursive – Scène Nationale de la Rochelle
La Filature – Scène Nationale de Mulhouse
Avec le soutien de l’ADAMI, du CNV et de la SACEM

 

 

GALERIE

Trucs inutiles, le clip officiel :

Ce baiser (Clip officiel) :

Faire un disque c’est bien mais… (1/4) :

Faire un disque c’est bien mais… (2/4) :

Faire un disque c’est bien mais… (3/4) :

Faire un disque c’est bien mais… (4/4) :

EN TOURNÉES

  • CAEN,
    28 au 31 décembre
    Théâtre de Caen


Photographie © Raphaël Arnaud

A PROPOS

Je n’en fais pas une affaire d’Etat et n’en tire aucune gloire personnelle, mais à partir de 1983, François Mitterrand et moi avons tenu une correspondance assidue. Et même si nous nous sommes, par la force des choses, quelque peu éloignés l’un de l’autre, le fil n’est pas tout à fait rompu.

DISTRIBUTION

MOI ET FRANÇOIS MITTERRAND 
Texte de Hervé Le Tellier 
Texte publié aux éditions Jean-Claude Lattès, 

Création du spectacle en septembre 2016

Avec Olivier Broche

Mise en scène Benjamin Guillard

 

Décor : Jean Haas assistée de Juliette Azémar
Lumières : Oliver Oudiou
Direction technique : Denis Melchers
Régie : Emmanuelle Phelippeau Viallard
Dramaturgie : Marie Duret-Pujol
Assistante Kenza Berrada
Musique : Antoine Sahler
Répétitrice piano et chant : Lucrèce Sassella

Création le 16 septembre 2016
au Théâtre du Gymnase-Bernardines à Marseille

Coproduction : Théâtre du Gymnase-Bernardines / Les Productions de l’Explorateur

Avec le soutien de La Comète de Châlons-en-Champagne

 

Production déléguée :
Valérie Lévy
Photo : Aglaé Bory
Production : Les Productions de l’Explorateur

 

Avec le soutien du fonds SACD

GALERIE

EN TOURNÉES