Photographie © Manuelle Toussaint

A PROPOS

J’ai eu l’idée de ce spectacle en pensant à Olivier Broche. Sa passion pour le cinéma, sa véhémence parfois, m’ont rappelé celles de Jean-Louis Bory du temps où il participait au « Masque et la Plume ». J’ai approfondi l’idée, je me suis dit que nous pouvions avoir là une belle idée de spectacle qui permettrait de parler du cinéma, de la critique, de l’amitié. Parler également  de cette passion de débattre, de s’opposer qui rend les amitiés plus fructueuses, la vie plus vivante.
 
Jean-Louis Bory et Georges Charensol, c’est pour faire vite, la querelle des modernes et des anciens. Jean-Louis est écrivain. Il a eu le prix Goncourt juste après guerre. Il épouse les combats des années 70 (la libération sexuelle, la défense de l’homosexualité, le féminisme). Georges, est plus âgé, il a écrit plusieurs livres sur ses amis peintres, il regarde le monde et le cinéma avec de la distance. Il « nuance ». Il est moins passionné sans doute mais ne confond jamais les enjeux de sa propre vie avec ceux des films qu’il doit critiquer.
 
Un jour, au café, avant l’enregistrement d’une émission du « Masque et la Plume », Bory et Charensol ont décidé de théâtraliser leurs différences de vue sur le cinéma. Pour revitaliser l’émission, ils ont décidé de mettre en scène leurs dissensions, leurs différences, leurs oppositions. Le succès de leur duo vient sans doute de là. Ils se sont amusés à être parfois méchants l’un vis à vis de l’autre mais leurs relations étaient sous tendues par un vrai respect mutuel, peut-être une affection.
 
J’ai eu envie de décontextualiser les échanges entre les deux critiques. Oublier le cadre de l’émission de radio, oublier le présentateur, les autres protagonistes et se concentrer juste sur deux personnages, sorte de Bouvard et Pécuchet dont les seuls sujets de conversation seraient les films qu’ils ont vus. Nous sommes dans une salle de cinéma, un peu défraichie. Certains fauteuils sont cassés. On se dit qu’on est à la fin d’une période, celle de la cinéphilie. L’ouvreuse, sans doute, sur son i-phone regarde négligemment Lawrence D’Arabie…

François Morel

DISTRIBUTION

Création le 3 mai 2011 
à La Coursive, Scène Nationale de la Rochelle 
172 représentations au 30 septembre 2013

avec Olivier Saladin, Olivier Broche,

et Lucrèce Sassella

 

Mise en scène François Morel

avec la collaboration artistique de 
Christine Patry

Adaptation François Morel 
et Olivier Broche

d’après les échanges entre 
Georges Charensol
 et Jean-Louis Bory

à l’émission radiophonique 
« Le Masque et La Plume » sur France-Inter

Décor Edouard Laug

Lumières Gaëlle de Malglaive, assistée d’Alain Paradis

Costumes Christine Patry et Pascale Bordet

Chorégraphie Lionel Ménard

Direction technique Denis Melchers

 

Les Productions de l’Explorateur,

La Coursive – Scène Nationale de La Rochelle

avec le soutien de l’INA, de France INTER

et d’Ermont sur scènes – Commune d’Ermont

Décor réalisé par les ateliers du Théâtre du Nord

Production déléguée : 
Valérie Lévy et Corinne Honikman

assistées de Constance Quilichini